10 conseils pour sortir de sa zone de confort

Même si la vie professionnelle des indépendants est souvent pleine de dynamisme, il est naturel pour un free-lance comme pour un salarié de se lover dans une routine qui définira progressivement sa zone de confort. Les journées se suivent, et nous passons sans vraiment s’en rendre compte en mode pilote “semi-automatique”. Comment reprendre le contrôle ? Voici 10 conseils pour sortir de sa zone de confort.

Cet article a été rédigé par un Master Kang : Marion B !

1) Faites le ménage dans votre zone de confort

En clair, nous ne parlerons pas ici de fuir en courant votre zone de confort, mais juste de faire un pas en dehors, afin de ne pas la laisser vous empêcher de progresser. Pour cela, il vous faut identifier les éléments de votre zone de confort qui vous procurent de l’inconfort. Voilà qui peut sembler paradoxal, sauf si nous réalisons qu’une zone de confort est faite d’habitudes plus que de confort. Et en matière d’habitudes il y a les bonnes, et les mauvaises. Les mauvaises habitudes sont souvent acquises et entretenues par ce qu’on appelle les croyances limitantes… Ce qui nous amène au prochain conseil.

2) Identifiez vos croyances limitantes

Dans son livre “La Méthode Simple Pour En Finir Avec La Cigarette”, Allen Carr démonte la croyance limitante selon laquelle on prendrait forcément du poids en arrêtant de fumer. Il explique que c’est une simple rumeur que nous alimentons tous, mais qui n’est fondée sur aucun fait scientifique. C’est donc une croyance qui s’avère limitante car elle empêche de nombreux fumeurs d’arrêter leur mauvaise habitude.

Exercice pratique : 

En suivant cet exemple, je vous invite à prendre un moment pour identifier puis remettre en question les croyances qui vous empêchent de réaliser de nouveaux projets. Par exemple, un graphiste free-lance qui refuserait de démarcher de nouveaux clients dans l’univers du luxe car il a toujours entendu dire que ce secteur était bouché. Vous les avez ? Maintenant, gardez en tête que croire est différent de savoir !

3) Entretenez vos croyances motivantes

Chez tous les free-lances, la zone de confort est constituée d’expériences professionnelles satisfaisantes et réconfortantes qui permettent d’avoir confiance en soi. Il est important de conserver et d’entretenir ces aspects positifs issus de votre zone de confort afin de développer vos croyances motivantes.

4) N’arrêtez pas d’y croire !

N’oubliez pas que la vie de free-lance est faite de rebondissements : c’est ce qui la rend trépidante en chassant l’ennui pour vous permettre de progresser sans cesse ! Pour vous motiver, il est important de bien choisir la formulation de vos pensées redondantes. Dans les moments durs, dites-vous par exemple “j’ai hâte que cela aille mieux” plutôt que “est-ce que cela ira mieux ?”.

5) Visez plus bas

On parle souvent de viser la lune pour atteindre les étoiles… Mais trop de hauteur peut vite donner le vertige. Vous aimeriez faire carrière à l’étranger mais avez peur de tout plaquer ? Visez plutôt un séjour de quelques mois en conservant votre logement en sous location par exemple. Vous aimeriez vous lancer en free-lance mais avez peur de quitter votre CDI ? Commencez par aménager doucement votre emploi du temps pour vous consacrer quelques missions en free-lance en parallèle de votre emploi. C’est en visant un objectif raisonnable que vous entrerez dans une zone de développement sans passer par la case panique.

6) Acceptez ce que vous refusiez toujours d’habitude

C’est en accueillant la nouveauté que vous l’apprivoiserez et qu’elle deviendra progressivement votre terrain de jeu. En tant que free-lance vous avez appris à être indépendant, et vous vous connaissez mieux que personne. Vous pensez donc sûrement être conscient de vos limites : mais ce ne sont que les limites de votre zone de confort.

Attention, il n’est pas question d’accepter n’importe quoi, mais de saisir les occasions qui vous feront du bien. Pour les identifier, il faut différencier le “je ne veux pas” du “je ne peux pas”.

Exercice pratique :

Revenons tout simplement à cette vieille expression “quand on veut, on peut” : c’est le mantra qui vous permettra de trancher entre les nouvelles perspectives dont vous n’avez vraiment pas envie, et celles que vous n’osez pas vous autoriser. Demandez-vous simplement qu’est-ce que vous feriez de nouveau si vous étiez sûr de réussir ? Car la peur de l’échec ne doit pas être une raison suffisante pour vous empêcher de sortir de votre zone de confort… Ce qui nous amène aux deux conseils suivants :

7) Prenez l’échec comme une réussite

Dans son livre “La Vie Intérieure”, le psychiatre Christophe André remet en cause la notion d’échec : “Combien de nos succès se sont révélés stériles et inutiles, épuisants ? Combien d’échecs féconds et salvateurs ?”

Chacun peut répondre honnêtement à ces deux questions en réalisant qu’à chaque nouvelle tentative on peut soit atteindre son objectif, soit apprendre de ses erreurs. Et lorsqu’on apprend, on gagne de l’expérience. Vous êtes donc gagnant à tous les coups !

8) Ne fuyez pas la peur

Comme le résume Clotilde Dusoulier dansl’épisode 76 de son podcastde développement personnel, la peur est un sentiment primitif chez l’homme, déclenché dès qu’il pense être en danger de mort. Avec le temps, l’humanité a quitté la vie sauvage et ses menaces, mais la peur ne nous a pas quittés : elle se déclenche toujours par le même mécanisme d’anticipation du danger.

Ainsi, tous les hommes ressentent la peur, il est inutile de chercher à l’éviter. En revanche, on peut apprendre à vivre avec pour continuer d’avancer.

Exercice pratique : 

Notez dans un cahier à chaque fois que vous avez peur que quelque chose se produise. Puis, revenez-y régulièrement pour vérifier si vos prédictions se sont réalisées. Vous verrez que ce n’est souvent pas le cas : cela vous aidera à ne pas prendre vos peurs pour des réalités.

Attention, cela ne signifie pas qu’il ne faut plus écouter ses peurs, mais plutôt les remplacer par la prudence, comme l’explique ce TED Talk inspirant de Margaux Hammannqui a osé quitter sa zone de confort pour partir à la rencontre d’elle-même.

9) Agissez avant de réfléchir

Non, je n’ai pas écrit ce conseil à l’envers ! Nombreux sont les free-lances qui ruminent leur envie de sortir de leur zone de confort, sans jamais oser sauter le pas car ils réfléchissent à la bonne idée, au bon projet, au bon moment. Mais parfois, il suffit de faire un premier pas sans réfléchir, comme l’écrivain qui griffonne ses premières lignes sur une page blanche : l’histoire s’écrira au fur et à mesure.

10) Prenez votre temps

“Prenez soin des minutes et les heures prendront soin d’elles-mêmes.”

C’est sur cette citation de Lord Chesterfield que s’achève cette liste de conseils pour sortir de sa zone de confort. Nous l’avons vu ensemble, la nouveauté et le changement sont des notions effrayantes qu’il convient d’aborder petit à petit pour ne pas se laisser submerger. Je vous recommande donc d’insuffler régulièrement de petites touches de nouveautés dans votre quotidien : cela vous paraîtra peut-être dérisoire au début, mais vous verrez qu’à la longue votre vie sera changée.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager ! Et si vous avez des questions, ou que vous souhaitez participer à la rédaction de notre blog, laissez-nous un petit commentaire 😉

Laissez-nous un commentaire